Improve the quality of life of children, adolescents and adults. Contact us →

UNE TOUCHE D’ENCOURAGEMENT

Nouvelles & Blogue

Combien devrions-nous donner? Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire « ne laissez pas votre main droite savoir ce que fait votre main gauche »? Je n’ai jamais compris cette expression et je ne savais même pas qu’elle venait de la Bible! Puis j’ai entendu un sermon sur la charité au sujet de donner du fond du cœur.

Le pasteur nous a dit qu’il y a 2000 ans, bien avant que les fondations caritatives ne nous permettent de prélever des dons sur nos cartes de crédit, les gens donnaient aux pauvres et aux nécessiteux en partageant simplement avec les gens qu’ils croisaient dans la rue. Donner aux pauvres signifiait généralement mettre la main dans sa poche et déposer des pièces dans une tasse ou dans les mains de quelqu’un.

La question est, allez-vous chercher et donner librement tout ce que vous y trouvez, ou comptez-vous les centimes et décidez combien vous êtes à l’aise de donner avant de le donner? En d’autres termes, votre main droite sait-elle ce que fait votre main gauche? J’avoue que je ne donne pas toujours de l’argent aux pauvres dans la rue, mais parfois je le fais. J’étais dans un parc il n’y a pas longtemps et j’ai pu voir un homme que j’approchais. Il était très probablement sans abri. Il était assis par terre, et de loin, je pouvais voir des gens passer à côté de lui, certains ne prenant pas la peine de le remarquer, d’autres haussant les épaules et indiquant qu’ils aideraient s’ils le pouvaient, mais pas aujourd’hui.

Quelques-uns ont laissé tomber de l’argent dans la boîte, mais seulement après avoir sorti une poignée de pièces de leur poche et en avoir compté une ou deux à jeter dans la boîte avant de continuer. J’ai décidé de mettre ma main dans ma poche et peu importe ce que j’y trouverais, je ne ferais pas savoir à ma main droite ce que faisait ma main gauche; Je donnerais librement et sans juger l’homme ni supposer que je savais mieux ce dont il avait besoin ou combien il avait besoin et ce qu’il devait en faire.

J’ai donc sorti des pièces et des billets et je me suis préparé à les remettre au monsieur sur le trottoir sans même regarder ce que je donnais. Il y avait un sentiment remarquable qui venait de donner sans réfléchir. J’ai ressenti de la joie et un grand sentiment de paix et de liberté, et en m’approchant de lui, cette joie est devenue une puissante leçon.

J’ai réalisé que pendant que je marchais, décidant de ne pas laisser ma main droite savoir ce que faisait ma main gauche, l’homme sur le trottoir qui souriait et hochait la tête avec des larmes dans les yeux n’avait pas de mains du tout.

Source: Martha Williamson, touchofencouragment.com, croyancenet.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *